L’équitation est le seul sport individuel où l’athlète dépend d’un autre être vivant. En effet, le cheval est vivant : il respire, est doué de sens et interagit avec son environnement. La sophrologie a toute sa place dans le monde du cheval au sens large.

Le terme d’équitation, si on s’en tient au dictionnaire est très limitant puisqu’il s’agit de l’action et de l’art de monter à cheval, or aujourd’hui de nombreuses activités se développent sans être systématiquement sur le cheval : équility, équifeel, … Que cela soit pour la pratique d’une équitation dite « classique » ou plus contemporaine, la sophrologie va permettre une meilleure cohésion entre l’humain et le cheval. Que cela soit pour la pratique d’une équitation dite « classique » ou plus contemporaine, la sophrologie va permettre une meilleure cohésion entre l’humain et le cheval.

En effet, le cheval est capable de nouer un lien avec son cavalier, avec la personne qui s’occupe de lui. Si vous êtes envahi par votre stress, vos émotions (colère, tristesse, …). Le cheval va naturellement le sentir et modifier sa manière d’être. J’entends souvent autour de moi : « Oh aujourd’hui, je ne le sens pas, il/ elle va être pénible ! ». Qui est mal dans cette situation? Le cheval? Non ! Souvent le cavalier tend à transposer ses propres états d’âme sur l’animal comme pour justifier par avance une séance qui ne sera pas très fructueuse. Le couple humain/cheval se trouve dans une logique de vases communicants et si un élément est perturbé, c’est l’ensemble qui est déséquilibré.

L’apport de la sophrologie en équitation :

Grâce à la sophrologie, le cavalier va apprendre à se connaître soi-même, à utiliser ses sens (quel magnifique sujet que le cheval pour les exercer ! La vue, le toucher, l’odorat, l’ouïe), à apprivoiser ses émotions, à écouter ses ressentis, à vivre l’instant présent pour rester connecter à sa monture. En appréhendant d’abord comment lui/ elle se sent, il/elle pourra considérablement améliorer la relation avec son compagnon équin de manière générale.

Comment ?

La sophrologie s’articule autour de 3 types d’exercices :

[list list_items= »Des exercices respiratoires : pour apprendre à se calmer à se concentrer à se dynamiser…,Des exercices de relaxation dynamique c’est-à- dire en mouvements pour appréhender son propre corps. En effet la relation avec le cheval passe également par un langage corporel d’où l’importance pour le cavalier d’être conscient de son propre corps pour valider les messages qu’il souhaite faire passer mais également pour se libérer des tensions pouvant accentuer des problématiques de position d’assiette…,Des exercices de visualisation positive pour se « programmer » positivement. Que ce soit pour créer un lien plus fort avec l’animal pour devenir plus performant en compétition pour améliorer sa position (légèreté dans les mains – assiette –  détente …) » icon= »fa-icon-ok » icon_bg_color= »#2ecc71″ icon_bg= »square »]

La sophrologie est un outil précieux.