Header ad
Header ad
Header ad
Header ad
Sophrologie et troubles Dys

Sophrologie et troubles Dys

Les troubles « dys » correspondent à des dysfonctionnements plus ou moins importants qui sont diagnostiqués alors qu’ils invalident l’apprentissage. Cette étiquette visible de la différence correspond à ce trouble, cette problématique spécifique de l’enfant ou de la personne et ne devrait rien enlever à la personne exceptionnelle, douée d’une multitude de capacités et de ressources, qui la porte.

Dyslexie, Dysphasie, Dyscalculie, Dyspraxie, TDHA, désignent les troubles Dys, ces difficultés peuvent être isolées ou combinées. Elles sont toujours invalidantes dans l’apprentissage et représenteront toujours une gêne. Un enfant Dys devient un adulte Dys, le trouble ne se résout pas, il peut dans la meilleure des configuration être compensé jusqu’à quasiment gommé par d’autres spécificités ressources positives de la personne.

La sophrologie pour les Dys :

Quelque soit le ou les troubles Dys diagnostiqué(s), la sophrologie représente une alliée précieuse, vers un confort plus serein au quotidien pour l’enfant ou le jeune et sa famille.

La sophrologie : Une méthode progressive qui a pour objectif de renforcer les structures saines de la personnalité afin de permettre l’adaptabilité (la capacité de trouver une adaptation pertinente), constitue une option différente, douce, empathique et ludique dans l’accompagnement des troubles Dys.

La sophrologie propose des exercices très simples :

  • En mouvement dans la concentration et la conscience de la corporalité, pour redescendre dans ses baskets.
  • De respiration, pour se recentrer, se ressourcer et trouver en soi le calme nécessaire.
  • De visualisations mentales, pour une prise de conscience des ressources personnelles ou annexes, ouvrir le champ des possibles de l’évolution future. Se connecter, au juste, à ce qui a du sens, ce qui nourrit et aide l’élève.

La simplicité de la méthode la met à la portée de tous, dès l’âge de 7ans, parfois même avant si l’enfant en perçoit l’intérêt.

La pratique sophrologique, dans cet accompagnement, se voudra ludique afin de ne pas ajouter de contrainte « thérapeutique » ; elle favorisera petit à petit l’estime de soi et viendra nourrir la confiance en soi.

La différence est un concept à la con !
On est tous singuliers !!!
Alexandre Jollien

Si le trouble Dys, stigmatise l’élève et invalide partiellement sa réussite scolaire, la pratique de la sophrologie peut lui permettre d’investir pleinement son potentiel personnel, de façon plus adaptée à ses fonctionnements cognitifs et corporels. La conscience plus fine des capacités aidante permettra à l’enfant, à l’ado ou à l’adulte dys de progresser vers une adaptation efficace, un fonctionnement moins invalidé par les dysfonctionnements diagnostiqués.

La valorisation globale du positif au cours du travail sophrologique permet aisément la prise de recul nécessaire, qui révèlera que la réussite d’une vie n’est que plus ou moins en rapport avec la réussite scolaire, surtout si la confiance et l’estime de soi ont été bien installées.

La singularité représente cette particularité de chaque être humain, cette façon d’être unique qui caractérise chaque personne, nous rend tous aussi unique qu’exceptionnel… apprenons à vivre avec cette belle image de nous-même !

Le 8 Octobre 2016, à Lyon aura lieu la Journée Nationale des Dys, lors de cette manifestation la sophrologie sera représentée par trois sophrologues Lyonnaises. Deux conférences (à 10h et à 14h) présenteront la méthode et ses intérêts pour les dys et un stand-sophro de 10h à 17h pour expliquer et répondre à toutes les questions sera à la disposition de tous les visiteurs enfants et adultes !

   

Au sujet de l'auteur

Nathalie Vallet

Sophrologue à Lyon (69) - Directrice de publication pour Sophromédia

Laire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *