Header ad
Header ad
Header ad
Header ad
Sophrologie et surdité

Sophrologie et surdité

Si nous connaissons les techniques de la sophrologie, cela peut amener à penser que c’est incompatible avec la surdité, puisqu’il s’agit d’écouter en fermant les yeux et de se laisser porter.

Je suis sophrologue et malentendante, et il y a 3 ans, j’ai franchi les portes de l’école de sophrologie sans m’en poser la question.

« ils ne savaient pas que c’était impossible, alors, ils l’ont fait » – Mark Twain

Oui ! c’est compatible ! Ma professeur et moi, nous avions eu, à l’entretien et la première séance, un aperçu de notre échange et de ce qu’il était possible de faire. Au fur et à mesure de l’entretien, nous avons apporté chacune de notre coté nos savoirs-faire, elle, son métier, et moi, mes capacités d’adaptations en situation. A aucun moment, je me suis dit que je n’y arriverais pas, car je voulais m’en donner les moyens, l’esprit de notre collaboration étant qu’il y avait forcément une solution.

Cela demande au départ quelques ajustements, des explications préalables, des modifications dans la manière de procéder pour échanger avec la personne malentendante. Si je me mets à la place d’un sophrologue entendant, le premier entretien est forcément une découverte, il tente l’aventure avec pour question « comment vais je me faire comprendre ? ». Si je me positionne du coté de la personne malentendante, elle doit d’abord passer par un temps d’habituation à la voix et au mots cités du sophrologue, avant de comprendre ce qu’il lui dit, pour faire moins d’effort de compréhension. Par la suite, la voix du sophrologue lui sera familière.

Dés les premiers instants en séance, il n’est pas nécessaire de savoir ce que le sophrologue dit, car le simple fait d’être déjà accompagné par le son et la musicalité de sa voix suffit pour que la magie opère : le sophronisant est déjà entré dans le phénomène de la vivance. Puis il faudra faire des phrases de préférence courte. Car un sourd n’aura pas à se concentrer sur ce que vous dîtes et par conséquent, ce sera moins fatiguant pour lui. De la même manière, pour le langage des signes, où celui-ci doit être exprimé tout en poésie, dans la beauté du geste. Bien sur que le sophronisé a les yeux ouvert pour regarder ce que vous faites les premiers instants, c’est sa manière d’apprendre. Il s’entrainera chez lui avec comme support un descriptif de l’exercice que vous lui remettrez. Il est important de lui expliquer préalablement les enchaînements, il saura « où mettre les pieds » et avancera dans la même direction que vous, en symbiose. La répétition des enchaînements aide également.

L’objectif du sophrologue est d’orienter la personne à devenir autonome, afin qu’il se serve des techniques de sophrologie pour les reproduire seul à tout moment de sa journée. L’univers de la malentendance n’est pas très éloigné de la sophrologie, à partir du moment où vous fermez les yeux et que vous rentrez dans le monde du silence, tout est là… la sophrologie EST le silence… Le sophronisé malentendant est déjà dedans. Il arrive avec une avance : l’écoute de son intérieur, de ses vivances… Le soucis intervient lorsque la pensée négative émerge de sa conscience pour désordonner son immense palette intérieure.

Et, lorsque le malentendant comprend et effectue les techniques, ses vivances sont là, acceptées, comprises, avec à nouveau un regard bienveillant sur lui-même. Il s’ouvre au monde et accepte son handicap, revient à la chose-même sans jugement… ce sont les meilleures récompenses pour un sophrologue.

Au sujet de l'auteur

Cécile Dalet

Sophrologue à Roques (31120)

Lire aussi :

7 Comments

  1. Brochard

    Chapeau bas! J’étais aussi convaincu, sans autre recherche et parce qu’on me l’avait appris ainsi, que la surdité était l’un des seuls freins à la pratique de la sophrologie. Je suis ravi tout autant qu’étonné d’apprendre que ce postulat n’est pas irrémédiable. Malentendant et pas sourd complet? Est-ce adaptable aussi à une surdité complète?
    Merci pour ce partage!

    Reply
  2. Cécile DALET
    Cécile DALET

    Je vous remercie de votre retour !
    Bien sur que c’est adaptable aussi pour une surdité complète !. Une personne sourde (et muette) peut faire la sophrologie avec le langage des signes, il suffit alors justement soit de lui parler en langage des signes si vous savez, soit il vous faut prendre un interprète qui traduira vos propos tout au long de votre séance.

    Reply
  3. Sabine Demarchi

    Très bel article!!
    J’ai l’impression de l’avoir écrit, tant je me retrouve!! Je suis dans le même cas que vous Mme Dalet et je suis aussi convaincue que la sophrologie est accessible à tous. Il y a 1001 façons de communiquer pour transmettre les outils et accompagner une personne entendante ou non, on peut aussi passer par l’écrit, le dessin pour préparer la personne.
    Merci à vous!!

    Reply
  4. Cécile DALET
    Cécile DALET

    Très touchée par votre message!. Je vous rejoins sur le fait qu’il existe plusieurs façon de transmettre et communiquer. L’écrit et le dessin en sont aussi d’excellents exemples!. Ravie de partager la même impression avec vous.Merci 🙂

    Reply
  5. yolande

    J ai beaucoup aimé votre texte
    très heureuse que l on peut effectivement pratiquer la sophrologie avec des personnes atteintes de surdité
    je suis actuellement en formation sophrologie et je voulais faire en même temps une formation sur le langages des signes ,pour pouvoir pratiquer avec ses personnes

    merci à vous

    Yolande

    Reply
  6. Laure Hénon

    Bonjour, bilingue en LSF et travaillant avec et auprès de sourds depuis 13 ans, une formation en sophrologie fait partie des différentes pistes que j’envisage en parallèle de mon travail actuel. Si je suis cette formation, j’aimerais énormément pratiquer la sophrologie avec un public sourd. Je suis suis persuadée que c’est possible d’adapter cette pratique à ce public. J’aurais aimé échanger avec vous à ce sujet. Pourrions-nous échanger par mail ou téléphone ? En vous remerciant à l’avance. Bien cordialement

    Reply
  7. Franck

    Bonjour,
    j’ai lu votre article ! vraiment admirable et chapeau bas ! En fait, je suis personne sourde pratiquant la LSF et travaillant auprès des enfants sourds, j’envisagerai faire une formation de sophrologie. Est il possible de m’indiquer une école où l’accès des interprètes est possible pour suivre la formation ? sa durée ? Peut on s’échanger par par mail ? Merci de votre réponse. Cordialement. Franck

    Reply

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *