Header ad
Header ad
Header ad
Header ad
La colère et la Sophrologie

La colère et la Sophrologie

La gestion de la colère par la Sophrologie

Qu’est-ce que la colère ?

Selon la définition du dictionnaire de Français LAROUSSE il s’agit d’un «  État affectif violent et passager, résultant du sentiment d’une agression, d’un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales »
La colère est majoritairement définie négativement alors qu’il s’agit d’une émotion qui au même titre que les autres nous est nécessaire.

 

Une personne qui ne se met pas en colère sera une victime. Acceptant les choses qui lui sont imposées contre son gré. Pourtant en n’exprimant pas ses émotions, l‘on se fait du mal car tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime en nous et tout ce qui s’imprime cherche à s’exprimer.

En effet, retenir une émotion créée en nous des tensions qui se traduisent entre autre par un mauvais sommeil, des douleurs au niveau de la nuque, des épaules, du dos, des maux de ventre…

 

Pourquoi se met-on en colère ?

Car ce que l’on considère comme juste vis-à-vis de nos attentes ne se réalise pas, parce que l’on veut que les choses changent.
La gestion des émotions de façon positive, dont la colère, permet de vivre plus sereinement, en harmonie et cela nourrit aussi la confiance en soi puisque l’on devient maître de nos réactions. Agir et non plus subir. Etre acteur de son quotidien.

 

La Sophrologie aide à gérer positivement la colère.

 

Des exercices rapides et simples comme par exemple :

  • Allier une respiration profondément calmante et la technique du signe signal, où d’un simple geste discret l’on ramènera en soi le calme et la détente proche de celui ressenti en séance.
  • La technique de la cible : «  Visualisez une cible devant vous. Une cible, ou un ballon, un sac dans lequel vous mettrez cette émotion qui vous perturbe, que vous voudriez voir disparaître. Jamais une personne, cela peut être le comportement de cette personne, mais il ne faut pas matérialiser LA personne dans ce sac ou sur cette cible. Sur une inspiration profonde par le nez vous allez serrer votre poing et lever votre bras maître (droit si vous être droitier, gauche si vous êtes gaucher). Sur une rétention de quelques secondes vous allez visualiser cette cible sur laquelle se trouve l’émotion, le sentiment qui vous dérange, ou le sac dans lequel il est enfermé et faire des moulinets avec votre bras tendu, sans forcer, sans vous faire mal, pour mobiliser tout votre potentiel, votre force et concentrer toute votre volonté. Sans forcer, sans vous vous faire mal. Puis sur l’expiration vous allez envoyer votre poing serré sur cette cible/ballon/sac et imaginer que vous la détruisez. Laissez alors votre bras se repositionner le long du corps et accueillez les sensations qui vous viennent. Recommencez cet exercice deux fois. »

  • La technique du pompage, d’autres de lâcher prise…

Tant d’outils à notre portée pour aller mieux en gérant positivement l’émotion de colère…

Pour une vie plus sereine.

Les utiliser c’est vivre plus paisiblement au quotidien car l’on désamorce les tensions avant que le trop plein ne soit la goutte qui fait déborder le vase.
Alors n’hésitez plus, pour votre mieux-être, gérez positivement la colère à travers la Sophrologie.

   

Au sujet de l'auteur

Nathalie Guillet

Sophrologues - Relaxologue à Bussy (77)

Laire aussi

3 Comments

  1. Sabine PERNET
    Sabine PERNET

    Bonjour,
    Merci pour cet article, mais j’avoue être un peu perturbée par une phrase en particulier : « Une personne qui ne se met pas en colère sera une victime ». De nombreuses personnes savent maîtriser leur colère et ne la montre pas. Ils ne se mettent jamais « en colère » dans le sans de la manifestation extérieur… mais ne sont pas des victimes, au contraire. Les personnes qui maîtrisent l’expression extérieur de leur colère sont souvent celles qui arrivent également à leurs fin. Les exercices que vous partagez sont d’excellents moyens d’arriver à cette maîtrise.

    Je ne pense pas que retenir sa colère puise créer directement des tensions. Pour moi, ces tensions ne sont que l’une des manifestations possibles de la frustration que peut provoquer le fait de ne pas pouvoir ou ne pas réussir à exprimer une émotion. Car, comme vous le dites très justement, la colère est une émotion. Une émotion qui est aussi le moyen d’affirmer sa personnalité et de maintenir son intégrité physique et psychique.

    Merci pour cet article très intéressant.

    Reply
    1. Nathalie Guillet
      Nathalie Guillet

      Bonjour Sabine,

      Merci beaucoup de votre commentaire.

      Dans la phrase « Une personne qui ne se met pas en colère sera une victime » j’entends parler du fait de ne pas savoir dire non. Une personne qui va se bloquer face à cette émotion, en refusant de se mettre en colère, ne va pas parvenir à se défendre, à refuser de satisfaire les demandes ou caprices de ceux qui voudront profiter d’elle et par ce fait deviendra victime.
      J’ai eu de nombreux exemples de personnes victimes de pervers narcissiques ou autres qui n’osaient élever la voix, affronter l’autre par peur du conflit.
      Maintenant exprimer sa colère n’est pas forcément synonyme d’éclats de voix, de gestes violents, de mots blessants, il est utile de l’exprimer de façon positive, sur un objet neutre et indolore (coussin ou punching-ball par exemple) ou par des exercices ou des visualisations (pompage, cible, etc…)
      A défaut, la frustration de retenir sa colère, de se dire ensuite qu’on aurait dû faire ça ou dire ça, provoque des tensions nerveuses pouvant créer des douleurs au niveau de la nuque et du haut du dos ou des maux de ventre et altère la confiance et l’estime de soi

      La colère est une émotion que nous ne pouvons nier néanmoins gérée positivement elle nous permet comme vous le dite si justement d’en maîtriser l’expression extérieure afin d’arriver à nos fins de façon harmonieuse.

      Reply
  2. Fabienne BABEL

    L’ étymologie (du latin) de L’E MOTION est E= EX = Hors de – a l’extérieur et MOTIO = mouvement
    C’est un MOUVEMENT QUI SORT, QUI VA VERS L’EXTERIEUR
    NOS EMOTIONS SONT GARANTES DE NOTRE INTEGRITE PHYSIQUE ET PSYCHIQUE. ET ELLES NOUS CONFERENT NOTRE VERITABLE LIBERTE INTERIEURE.
    L’émotion fait partie de notre équipement de survie, leur fonction biologique est double.
    – Produire une réaction spécifique à la situation déclencheuse.
    – Réguler l’état interne de l’organisme pour maintenir son intégrité.
    L’émotion guide l’organisme vers une réaction adaptée à l’environnement.
    ET SE DEPLOIE EN 3 TEMPS
    CHARGE – TENSION – DECHARGE
    CHARGE : Perception du stimulus et son interprétation par l’amygdale, qui déclenchent la charge de l’émotion, des hormones sont libérés.
    TENSION : Le corps se met en tension, mobilisant l’énergie pour agir ou fuir, ordonnant l’expansion ou la rétraction, l’attirance ou le rejet.
    DECHARGE : Est la phase d’expression qui permet au corps de revenir à l’équilibre de base
    Donc oui, dans une émotion il y a toujours une tension, aussi minime soit elle !
    Et l’EXPRESSION, est une réponse à l’émotion puisque c’est une décharge, puisqu’elle met la pression…. à l’extérieur !!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *