Header ad
Header ad
Header ad
Header ad
L’Opéra rencontre la sophrologie

L’Opéra rencontre la sophrologie

La sophrologie est un outil formidable pour accompagner les danseurs dans les périodes d’entraînement, d’auditions, de représentations et de récupération.

Elle installe une meilleure connaissance du schéma corporel et de la connexion corps et mental. Les deux s’harmonisent pour être uniquement présents à ce qu’ils font. La méthode s’avère particulièrement efficace pour la gestion du trac, qu’il soit perçu de façon négative ou pas et la préparation à la scène.

La sophrologie pour les danseurs de l’Opéra

Quatre axes de travail sont particulièrement intéressants pour les danseurs :

La respiration :

Elle désamorce le stress et les angoisses. Les trois respirations : abdominale, thoracique et complète permettent au danseur de prendre conscience du mouvement de vas et vient de son souffle dans tout son corps. La performance physique demandée au danseur est intense, les différentes techniques respiratoires permettent une relaxation profonde physiquement, mentalement et facilite le lâcher-prise.

Un danseur qui a le trac a tendance à bloquer sa respiration, il se fatigue plus vite et devient moins performant. Apprendre à gérer le flux et le reflux du souffle permet une récupération rapide et efficace lors d’une journée de répétitions ou entre deux tableaux à l’occasion d’un spectacle.

« Pour la respiration j’ai eu vraiment une impression de densité, comme de l’espace. Je prenais de grandes inspirations et après c’était beaucoup plus facile pour moi de respirer. Au tout début c’était de toutes petites respirations comme bloquées. »

La relaxation dynamique :

Toujours accompagnée de la respiration, va solliciter tous les groupes musculaires, permettre de détendre le corps souvent poussé à l’extrême, maintenir son état de présence. Le danseur vit d’une nouvelle façon tous ses mouvements, il revient à la base du mouvement initial en l’exécutant très lentement et en conscience.

« L’enroulé du dos m’a beaucoup marqué. En danse on ne fait que ça des « enroulé-déroulé » mais là on est revenu à l’essence, à la base parce que d’habitude on ne conscientise pas du tout, on oublie que c’est une colonne vertébrale qu’on enroule. Cette prise de conscience dans l’enroulement est ce que je retiens le plus de la séance. »

La visualisation :

permet par exemple d’apprendre mentalement une chorégraphie en étant sophronisé, cela permettra de ne pas trop perdre en technique lors d’une blessure nécessitant l’arrêt complet de la danse pendant plusieurs semaines. Le danseur va pouvoir visualiser ses scènes, visualiser les lieux dans lesquels il va se produire. Elle fait appel à tous les sens, développe la mémoire et la confiance en soi.opera-de-lyon-sophrologie

« Quand on fermait les yeux c’était comme une histoire qui se déroulait et tout était vraiment trop bien. Pour l’exercice du ballon, j’ai eu vraiment l’impression que mes soucis s’envolaient. »

La sophro programmation du futur est l’exercice de visualisation qui va permettre de viser un objectif, une situation à venir sous un angle positif. Cette pratique s’est avéré très efficace pour préparer un spectacle, une audition.

La personne visualise mentalement l’accomplissement positif de la scène et s’en imprègne profondément. Il se voit réussir cette épreuve, serein, en forme, sans stress ni trac. Il se voit atteindre son objectif avec succès. Il se sent plus concentré, plus confiant et débarrassé de ses pensées négatives.

« Je me suis projetée dans les examens, j’ai imaginé comment je pourrais le vivre et ça m’a vraiment rassuré. J’adore la phrase où tu dis : comme si vous disiez à votre corps… Parce que je trouve que pour nous danseurs ça prend tout son sens et que cela renforce encore la relation du corps avec la tête. »

Riche de cette expérience au sein du CNSMD de Lyon, je souhaite promouvoir la pratique de la sophrologie à l’Opéra et aussi dans les conservatoires de danse et de musique ainsi que les écoles de théâtre et autres professions artistiques.



Au sujet de l'auteur

Sandrine Bourreau

Sophrologue - Guéreins (01)

Lire aussi :

4 Comments

  1. Sabine PERNET
    Sabine PERNET

    Merci pour cet article magnifique Sandrine Bourreau,
    Avec 2 filles qui sont passées par un conservatoire de danse dirigée par des professionnels exigeants, j’ai pu constater que ces pratiques que vous décrivez sont déjà présentes de façon plus ou moins naturelle, à l’état embryonnaire. Les nommer, les structurer et les encourager ouvre de nouvelles perspectives aux danseurs et danseuses.
    Mais ces pratiques sont également applicables à tous les sports. J’ai eu l’occasion d’accompagner une jeune femme qui pratiquait le tennis à haut niveau ainsi qu’un golfeur. Pour les deux, la respiration, la relaxation et la visualisation sont devenues des outils importants de leurs progressions respectives.
    Encore bravo pour votre travail.

    Répondre
  2. doc

    Depuis longtemps des techniques de concentration et de relaxation existe dans les domaines du sport et de la musique bien plus efficaces que la sophrologie….c’est une technique à la mode certes mais qui ne révolutionne et n’invente rien…Juste la démocratisation et l’accès aux citoyens de techniques biens connus sous un aspect simpliste et accessible.

    Répondre
    1. Sandrine BOURREAU
      Sandrine BOURREAU

      Bonjour « doc » et merci de l’intérêt que vous avez porté à cet article Les sophrologues n’ont pas la prétention d’inventer de nouvelles techniques révolutionnaires, les inspirations de la sophrologie viennent du yoga, de la méditation bouddhiste et du Zazen, en effet rien de nouveau. Il me semble qu’il serait intéressant que vous développiez votre réflexion sur ces techniques bien plus efficaces à vos yeux que la sophrologie, ce serait très instructif et constructif. Merci

      Répondre

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});