Header ad
Header ad
Header ad
Header ad
Comment bien dormir avec la sophrologie ?

Comment bien dormir avec la sophrologie ?

L’insomnie est le mal du siècle. Quand on sait que un actif sur trois a des difficultés à trouver le sommeil, et que un sur cinq est considéré comme insomniaque, c’est-à dire que son trouble du sommeil se poursuit chaque nuit au-delà de trois mois, on comprend que le sommeil devienne une préoccupation angoissante. Comme le disait nos anciens, le sommeil n’est-il pas la moitié de la santé ?

J’accompagne en cabinet des personnes insomniaques, subissant des troubles du sommeil installés depuis trop longtemps, depuis quelques mois pour certains, depuis des années pour beaucoup.

Au démarrage, un stress, une situation conflictuelle, une douleur physique, une séparation, un deuil, de l’anxiété pour un changement de travail, de vie, d’amour, les premières nuits blanches apparaissent, des difficultés d’endormissement s’enlisent, des réveils nocturnes à 3–4 heures du matin se répètent.
Avec comme résultat, une sensation de fatigue dans la journée qui suit, des difficultés de concentration, de mémorisation, des troubles de l’humeur. Qui ne s’est pas retrouvé un jour grincheux par manque de sommeil, ou susceptibles à la moindre remarque !

Rapidement, les stimulants pris en journée ne compensent plus la baisse d’énergie, impuissance des cafés, thés, cigarettes, boissons stimulantes et petits comprimés inavouables.
Et que dire des somnifères, infligeant une anesthésie légère, nous faisant oublier que notre cerveau n’a pas dormi, que notre organisme ne s’est pas régénéré ayant anesthésié chimiquement toutes ses fonctions de régénération.
Quelle illusion d’aller chercher un réconfort, un usurpateur de la nuit, alors que le problème vient le plus souvent de l’intérieur, de nos tensions physiques accumulées en journée, de nos tensions émotionnelles empilées, de notre cerveau excité.

Après une anamnèse de l’histoire de l’insomnie faite au début du premier rendez-vous , place à la pédagogie de l’hygiène du sommeil et les quelques règles d’or pour bien dormir.
Puis nous démarrons les exercices de sophrologie appliquées à chaque profil du dormeur.
Le but est de faciliter un endormissement rapide de qualité, d’ailleurs ceux en dette de sommeil s’endorment pendant l’exercice de sophrologie;
L’objectif est d’éliminer les réveils nocturnes en augmentant la qualité du sommeil et donc optimiser sa récupération physique, émotionnelle et mentale.

Bien dormir avec la sophrologie, c’est possible !

Et voilà dans un TEDx une séance possible pour bien dormir avec la sophrologie et la cohérence cardiaque
A partager à ceux qui en ont besoin J

Et vous, une expérience à partager ? Quelle(s) séance(s) utilisez-vous ?

 

   

Au sujet de l'auteur

Clémence Peix Lavallée

Sophrologue - Auteure / Conférencière / Formatrice - Neuilly Paris (92)

Laire aussi

2 Comments

  1. Sylvie Condesse
    Sylvie Condesse

    Merci pour ce bel article et pour la vidéo claire et apaisante qui l’accompagne et l’illustre.
    Personnellement, lorsque je propose le « lieu-ressource », je sollicite chacun des sens : la vue, les sonorités, les odeurs – y a-t-il quelque chose à savourer ? Les sensations sur la peau (température, soleil ou vent frais, comme vous le suggérez), éventuellement un élément que l’on touche… Les perceptions liées à la posture qu’a choisie la personne : assise ou debout, peut-être en marche paisible… J’ajoute le « sens du cœur » : mettre en lumière les émotions positives, les sentiments heureux que la personne éprouve dans ce lieu…
    Souvent, je propose la création d’un « signe-signal ».
    Et je termine par une pause d’intégration.

    Reply
  2. Nathalie Guillet
    Nathalie Guillet

    Merci pour cet article et la vidéo que j’ai beaucoup aimé,

    Tout comme Sylvie, j’utilise les 5 sens mais avant je procède ainsi :
    Conscience des points d’appui du corps sur le matelas,
    3 respirations bien calmantes
    une détente complète de tout le corps (sophronisation de base)
    la lourdeur et la chaleur (training Autogène de Schultz)
    l’image positive (paysage avec sentiment de sécurité, de bien être, en utilisant les 5 sens)
    et je coupe l’enregistrement pour ne pas que sur l’audio on entende ensuite la désophronisation (ceci uniquement pour les séances individuelles, je n’enregistre pas les séances de groupe) Bien sûr, je rappelle toujours aux bénéficiaires que les audios sont juste des supports afin qu’ils puissent s’entraîner avec au début et que le but est qu’ils s’en passent au bout de quelques temps afin de devenir autonomes
    j’ajoute aussi souvent la respiration au carré à faire en amont pour laisser en dehors les soucis

    Bonne soirée

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *